Meaux - Monument américain

"La Liberté éplorée".
Cet imposant monument de 26 mètres de hauteur, érigé sur les hauteurs de Meaux, est situé près du Musée de la Grande Guerre.

Monument américain Meaux

Description

Dès 1917, plus de 4 millions de citoyens américains vont participer à la souscription de ce mémorial.
C’est l’hommage rendu en retour, à l’envoi par la France en 1886, de la statue de la liberté de Frédéric Bartholdi.

A Meaux, les travaux pour l’édification de ce monument vont durer d’août 1929 à fin 1931.
Haut de 26 mètres, il est formé de 220 blocs de pierre de Lorraine.

La statue massive du mémorial, œuvre du sculpteur américain Frédérick Mac Monnies et exécutée par le statuaire Edmondo Quattrochi, représente la France dressée, soutenant ses enfants morts : La Liberté Éplorée.

De sa bouche tragiquement tordue, sort l’appel au suprême sacrifice qui sauvera la patrie.

Sur le soubassement du monument est inscrit le célèbre ordre du jour de Joffre : « Au moment où s’engage… ».

De l’autre côté du socle, une phrase gravée en anglais, peut se traduire ainsi :
« Ici parlent encore les silencieuses voix des fils héroïques de la France qui ont tout bravé et tout donné dans ces journées périlleuses et mortelles.
Ils ont arrêté le flot d’un désastre imminent et ont fait tressaillir le monde par leur suprême dévouement.
Érigée en 1932 par les Américains amis de la France en mémoire de la Bataille de la Marne en septembre 1914. »

Le 11 septembre 1932, devant des milliers de personnes, le monument est inauguré en présence d’Albert Lebrun, Président de la République ; d’Edouard Herriot, chef du Gouvernement, d’Alexandre Millerand, ancien Président de la République, de Joseph-Paul Boncour, ministre de la Guerre; de Walter Evans Edge, ambassadeur des États-Unis, François de Tessan, député de Meaux, Paul Prunet, maire de Meaux, du colonel Picot, président des Gueules Cassées, du général Pershing, commandant les forces américaines en 1917, du Général Weygand, chef d’État-major, du Maréchal Pétain, du Général Gouraud, etc.

En 1928, à Atlantic-City, aux États-Unis, face à l’Atlantique, sur cet océan que les soldats américains ont traversé, une réplique à l’identique, en bronze, haute de 3 mètres, « La liberté en danger », a été élevée à la mémoire des soldats américains morts pour la liberté.

Contact

Route de Varreddes
77100

01 64 33 02 26

Envoyer un mail

Visiter le site web

A proximité